QUI SUIS JE



Présentation Marie-Noëlle FERON
Crédit Photo : L’Atelier de Rodolphe. Photographe

Sans trop rentrer dans les détails, j’ai pensé qu’une  présentation serait une bonne chose. J’imagine en effet que chacun d’entre nous a le droit de savoir avec qui il travaille.

L’exercice n’est pas facile.

Je me prénomme « Marie-Noëlle » (merci maman, merci papa) devenu par contraction depuis les années collège, Mano.

Enfant, j’avais déjà une prédisposition pour tout ce qui était artistique et manuel. Je collectionnais crayons de couleurs, feutres, les miniatures de parfum et évidemment les pin’s …

Plus tard, le dessin, la  peinture, le jardinage, la nature, la photographie, la musique, l’écriture et les grands magasins de déco (le géant bleu et jaune surtout) étaient des univers dans lesquels j’aimais me perdre.

Question orientation scolaire mes parents ont su être dissuasifs et ont préférés que je m’oriente vers des études plus « conventionnelles ».

C’est ainsi que j’ai entamé des études de droit et obtenu en 2001 un DUT Carrières Juridiques.

En 2002, je suis embauchée au sein d’une banque comme téléconseillère, puis guichetière, et finalement conseillère clientèle.

J’aime mon métier de conseillère au sens propre : conseiller les clients en fonction de leurs besoins. Un avant goût de la personnalisation sans aucun doute. Nous n’avons pas tous les même besoins, il faut s’adapter.

Je décide d’approfondir mes connaissances avec le passage et l’obtention en 2011 d’une licence professionnelle ABF (Assurance, Banque, Finances).

2016 c’est la rupture ! Après avoir passé 14 années dans le secteur bancaire, dans la même entreprise, j’arrive au point de rupture. Je compare cela bien souvent à une relation de couple, où au bout d’un certain nombre d’années, les personnes se sont éloignées, ont évoluées différemment… jusqu’au moment où elles ne se correspondent malheureusement plus. Eh oui… Le monde bouge…

Mais que faire ? Quel avenir ? Quelle reconversion possible ?

Je visualise un jour, la fin d’un reportage sur une jeune femme qui était carreleuse et mosaïste. La mosaïque était quelque chose que je n’avais encore jamais essayé. Je réfléchi une bonne partie de la soirée sur le sujet et la manière de proposer quelque chose de différent.

Quelques jours après je réceptionne ma commande et j’entame le portrait de Marilyn Monroe, pour lequel je demande l’aide d’un ami carreleur pour réaliser la première pose sur du contreplaqué.

J’adore ça ! S’en suit une série de tableaux  pour lesquels je réalise moi-même la pose et l’envie de me lancer en créant ainsi ma micro entreprise : Pix’Elle Art Mosaïque, le pixel art étant la technique utilisée. L’envie de pouvoir proposer la création d’un carrelage personnalisé. Un carrelage unique et reflétant l’individualité.

Les choses étant ce qu’elles sont, il s’avère que sans diplôme professionnel, il m’est autorisé la commercialisation de ces créations mais non la pose.

Je décide alors, afin de pouvoir vous proposer un service complet de consacrer l’année 2017, à l’obtention d’un titre professionnel de carreleur, auprès du FCMB (Fédération Compagnonnique des Métiers du Bâtiment de Lons). Ce fût rude, mais réussi !

(Je reviens quelques années plus tard, compléter).

En 2019, contactée par un cabinet d’architectes Parisiens, je réalise une fresque pour une douche d’une salle de bain d’enfants. Un soir la cliente, satisfaite m’appelle et me demande si je saurai réaliser pour la chambre de l’un de ses enfants, une reproduction d’un célèbre joueur de foot.

Peindre oui, mais comment ?

A la recherche d’une technique cohérente avec la pixellisation, je réalise mon premier tableau sur verre acrylique, Mr-X.

Je comprends alors que finalement, mon travail de pixellisation sur carrelage, est faisable avec bien d’autres matières premières.

C’est ainsi que je découvre les œuvres d’Eric Daigh : « Moi aussi je peux le faire! Je veux y arriver! ». J’arrive enfin au mélange parfait des couleurs primaires auxquelles j’ajoute du noir et blanc afin de pouvoir à l’instar de ses punaises, reproduire une palette de couleurs qui n’existent pourtant pas en réalité sur mes tableaux.

Mon fils, petit génie de 7 ans alors, me dit « Mamannnnnn…. tu devrais faire ce joueur de foot avec des Lego! »

Ah…. mon rêve depuis! J’espère revenir d’ici quelques temps compléter cette page de nouveau, avec le plaisir d’avoir pu réaliser un travail de pixellisation en Lego.

D’ailleurs si l’idée peut vous séduire, sachez que je suis certaine de pouvoir maitriser cette conception !

Cette présentation touche à sa fin et j’espère d’ici quelques années pouvoir rédiger la suite, grâce à votre confiance.

A bientôt !